Are you sure you want to delete the contents of basket?

Dossier de presse

Les documents

Et après ? « Tout ce qu’on peut faire avec des briques »
  • Au départ, ce n’était qu’un passe-temps
  • La planification des ressources basée sur le cloud aide à organiser le chaos apparent
  • Un détaillant spécialisé local n’est pas forcément plus cher qu’Amazon
  • Le « héros des briques » et son SUV Aiways U5

Shanghai/Munich, 29 juin 2022 – Sous le titre « Et après ? », Aiways lance une série d’entretiens avec des acteurs de l’industrie, des affaires et de la politique. Ce neuvième entretien a été mené avec le héros des briques, Thomas Panke, propriétaire de « Held der Steine ». Acquéreur de l’Aiways U5 de la première heure, ce passionné de jeux de construction s’est entretenu avec le directeur général d’Aiways, le Dr Alexander Klose, notamment au sujet des possibilités des solutions logicielles intelligentes, des systèmes de distribution légers et de l’attrait irrésistible des briques en plastique colorées.

  1. Panke, comment vous êtes-vous retrouvé, à l’âge adulte, à jouer tous les jours avec des briques en plastique colorées ?

Thomas Panke : « C’est un hasard. Un soir, en surfant sur eBay, je suis tombé sur mon vieux château Lego des années 80. Ça m’a tout de suite rappelé des souvenirs et j’ai acheté l’ensemble d’occasion pour 20 euros. Après l’avoir assemblé, j’ai pris de belles photos, remis l’ensemble en ligne et l’ai vendu trois fois le prix. À ce moment, je me disais encore : super, je viens de trouver un passe-temps sympa et gratuit ! »

Comment êtes-vous passé du statut d’amateur de jeux de construction à celui de « héros des briques » ?

Thomas Panke : « À l’époque, je travaillais dans la gestion de processus au sein d’une grande entreprise. Un travail passionnant avec des projets intéressants, mais que je n’envisageais pas de faire toute ma vie. Après avoir acheté, construit, photographié et revendu aux enchères d’innombrables modèles d’occasion en réponse à une demande croissante, l’idée m’est venue passer à la vitesse supérieure. »

Alexander Klose : « Est-ce aussi la perspective de diriger une start-up qui vous a séduit ? Pour ma part, c’est l’un des principaux éléments qui ont suscité mon intérêt pour Aiways. Repartir de zéro et mettre en place une production et une plateforme dédiées à la mobilité du futur dans l’état des connaissances actuelles, voilà qui a été et reste un défi exceptionnel à mes yeux. »

Thomas Panke : « Pour ma part, je me préoccupais davantage de questions d’organisation. Comment satisfaire les besoins de la clientèle avec une petite boutique, comment stocker suffisamment de produits intéressants sans un grand entrepôt, et comment me défendre en tant que détaillant spécialisé dans les briques et le mortier contre les grands sites de vente en ligne ? La solution était dans la gestion de processus. La boutique a beau sembler complètement chaotique pour beaucoup, elle est régie par un système numérique strict. »

Quels sont les avantages de votre système ?

Thomas Panke : « Je peux réagir en temps réel. Les ressources sont entièrement planifiées dans le cloud et donc, malgré le chaos apparent dans le magasin, j’ai toujours tout sous les yeux. J’ai choisi cette solution en connaissance de cause, parce que je veux perdre le moins de temps possible à ce genre de tracas quotidiens. Comme ça, je suis plus disponible pour m’occuper des produits. »

Alexander Klose : « Moi aussi, je pense que ces solutions logicielles intelligentes sont la clé du succès. Comme on ne peut pas tout faire soi-même, on a besoin d’outils et de compagnons qui apportent le soutien nécessaire. Pour l’U5, nous avons donc délibérément renoncé à notre solution de navigation en optant pour une intégration fluide du smartphone du conducteur. De cette façon, non seulement nous assurons un fonctionnement intuitif, mais nous apportons aussi de véritables innovations telles que la planification de charge en temps réel grâce à notre partenaire Pump. Des évolutions telles que l’intégration des données du véhicule dans un environnement d’application moderne nous donnent beaucoup de liberté et, surtout, de réactivité aux demandes de la clientèle. D’ailleurs, les chiffres des ventes confirment cette réussite. »

Les ventes sont un bon mot-clé. À quoi ressemble le marché de demain ?

Thomas Panke : « Difficile à dire. La numérisation a déjà bouleversé le commerce de détail. Tout le monde ou presque connaît et utilise des plateformes comme Amazon. Néanmoins, la demande de commerçants spécialisés de proximité est forte et constante, et il devient de plus en plus difficile de trouver une personne de bon conseil. Il n’y a presque plus de magasins de jouets dans les grands centres commerciaux, et les grandes chaînes de centres commerciaux se retirent de nombreuses villes. Dans ma boutique, les gens font la queue. Ils veulent recevoir des conseils de professionnels, bien qu’ils aient souvent déjà arrêté leur choix. »

Alexander Klose : « Nous mettons également un point d’honneur à donner de bons conseils. Nous avons soigneusement sélectionné nos partenaires commerciaux dans chaque pays, car il est important que le produit soit compris et vécu. Ce n’est qu’alors que nous pouvons répondre de manière optimale aux désirs de la clientèle. Pour nous, peu importe que le client découvre le véhicule chez un concessionnaire automobile, dans un magasin d’électronique spécialisé ou sur notre site Internet. L’essentiel, c’est que les questions trouvent réponse et les clients une oreille attentive, à tout moment. »

Le conseil joue-t-il un rôle important dans la décision d’achat ?

Thomas Panke : « Je peux répondre à cette question de deux points de vue. Je conduis un Aiways U5 à titre privé, et si je l’ai acheté, c’est principalement pour ses fonctionnalités. Chaque fois que je fais un achat important, j’établis d’abord un cahier des charges, puis j’achète le produit qui répond le mieux à mes exigences. Pour éclairer ma décision, j’ai naturellement beaucoup lu en ligne, regardé des tests, et ai donc été relativement vite conforté dans mon choix. Concernant le « Héros des briques », j’ai aussi orienté mes activités de conseil vers le numérique. Sur YouTube et Twitch, j’assemble quelques modèles et ensembles chaque semaine en faisant des commentaires sur la qualité, les instructions et les fonctionnalités. Parfois, ce n’est que pur divertissement. D’autres fois, il s’agit de conseils de vente. »

Alexander Klose : « Dans ce cas, vous êtes un véritable influenceur. Et je peux vous dire que ça marche. J’ai regardé la vidéo sur le kit de véhicule tout terrain télécommandé hier. Je suis fan de ce genre de kits de robotique en général, mais là, j’ai terriblement envie de l’acheter sur le champ. »

 

Remarquez-vous un changement du comportement d’achat après la mise en ligne de vos vidéos ?

Thomas Panke : « Ce n’est pas ce qui m’intéresse. Je ne fais pas la promotion d’objets à collectionner, et je ne planifie pas mes commandes sur la base de mes vidéos. Ce que je veux, c’est m’amuser, jouer avec des petites briques de plastique colorées et créer des objets avec. Et comme le jeu doit rester amusant, les maquettes doivent fonctionner et avoir un niveau de qualité convaincant. Voilà ce qui doit ressortir de mes vidéos. Bien sûr, les gens achètent souvent les produits dont je fais l’éloge et que je recommande dans mes vidéos, mais je ne tiens pas de statistiques et je ne vante aucun modèle pour le simple fait que j’ai mis la main sur une palette d’invendus. »

Alexander Klose : « Et vous arrive-t-il vraiment de proposer des gammes entières d’invendus ? »

Thomas Panke : « Ça arrive, oui. Notamment lorsqu’un collègue quitte le métier. Et souvent, les grandes chaînes font des offres spéciales bien en dessous de mes conditions d’achat. J’en profite toujours pour faire le plein de jeux de construction. Mais en moyenne, je suis rarement plus cher qu’Amazon. Et bien sûr, le prix reste un argument pour de nombreuses personnes, en plus des conseils personnalisés sur place. Parce que le secteur du jouet reste traditionnel, malgré toutes les pièces de collection et les éditions spéciales. On le voit peut-être mieux en comparant les ventes selon les mois : novembre et décembre représentent la moitié de notre chiffre d’affaires annuel. Et cela, aucune gestion des processus ne peut y changer quoi que ce soit. »

-Fin-

 

À propos d’Aiways

Fondé en 2017, Aiways est un fournisseur de mobilité personnelle basé à Shanghai avec son siège européen à Munich, en Allemagne. C’était la première startup chinoise à introduire un véhicule électrique sur le marché européen avec le lancement du U5 en 2020 – un SUV électrique à batterie avec une autonomie, un style et une qualité impressionnants. Aiways poursuit rapidement son expansion en Europe et au-delà. Aiways continue de se développer rapidement en Europe et au-delà : en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique, au Danemark, en France, en Israël, en Suisse, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Suède, en Croatie, aux îles Féroé, en Islande et en Slovénie. Le SUV U5 est produit dans l’usine de production intelligente d’Aiways à Shangrao, l’une des usines de production automobile les plus modernes de Chine. Les processus contrôlés par l’informatique avec des portes de qualité exigeantes suivent les normes de l’Industrie 4.0. Avec une capacité de production initiale de 150 000 unités par an, Aiways peut augmenter ce nombre à 300 000 unités lorsque la demande mondiale de véhicules électriques augmente. Le prochain modèle d’Aiways pour l’Europe sera le SUV-Coupé électrique à batterie U6. En mettant l’accent sur un aérodynamisme sophistiqué, une conduite hautement connectée, une technologie de sécurité et un design sportif. Le SUV-Coupé U6 n’est que le prochain chapitre de l’avenir prometteur d’Aiways.

Information presse

Vous trouverez tous les communiqués de presse et dossiers de presse d’Aiways, ainsi que des photos et vidéos hautes résolutions disponibles en téléchargement, sur le site web dédié aux médias  http://media.ai-ways.eu/.

  

Contacts presse Aiways 

Bernd Abel, Aiways Automobile Europe GmbH
+49 (0)1713014495
bernd.abel@ai-ways.eu

Aurélien Venet, Aiways Head of Digital & Communication France
06 24 98 36 67
aurelien.venet@ai-ways.fr

Claude Makowski, Communication Corporate France
07 69 01 57 40
aiways.fr@pfpr.com